Figures du féminin en Islam

Abdelouahed

Psychanalyste de culture arabe et musulmane, Houria Abdelouahed éprouve, à l’écoute du récit de ses patientes de même culture, une proximité refoulée correspondant à ce que Freud nomme l’« inquiétante étrangeté ». L’analyste est alors confrontée à la difficulté de distinguer ce qui relève chez ces dernières de l’individuel et du collectif. Révélant par la voix des femmes – pour reprendre le titre d’un ouvrage de Freud – un « malaise dans la civilisation » islamique, l’auteur propose d’utiliser l’outil psychanalytique, jusqu’alors peu employé, comme clé de compréhension. Il s’agit de relire le Coran et tout un corpus de textes avec le féminin pour seule entrée.

Les figures choisies illustrent la complexité de l’islam à l’égard de celles tantôt vénérées en tant que mères, tantôt assujetties et sacrifiées en tant que femmes. Tout commence avec la jalousie mère-fille entre Hawwa’ (Eve), soumise à une pulsion infanticide en goûtant au fruit défendu, et Fatima, la fille adorée mais mélancolique du prophète Mohammad. Suivent Aïsha, enfant traumatisée consacrée Mémoire des musulmans, Khadija l’asexuée, Agar l’exilée ou encore Hind la cruelle. Dès lors, comment peut-on expliquer cette violence faite à l’inquiétant sexe féminin ? S’agirait-il d’une vengeance, d’un échec du deuil de la mère par l’orphelin Mohammad, ou d’un refus de la part féminine que les hommes portent en eux ? À ces questions se mêlent de profondes réflexions, concernant notamment le voile, la mystique et le statut ontologique de l’image, du langage ou du récit sauvant l’universelle Shéhérazade.

L’ouvrage de l’érudite Abdelouahed s’appuie sur la maîtrise de références dont la richesse régale l’esprit. Complexe, bien que la plupart des concepts et des mythes étudiés soient rappelés, son travail novateur parvient à lier l’islam et la science humaine psychanalytique, qui avaient pu sembler jusqu’alors incompatibles. Il s’agit d’une pierre majeure apportée à l’édifice du travail sur la condition féminine, au-delà de la seule culture islamique.

Margaux Bonnet, chronique parue dans le n. 109 des Cahiers de l’Orient, hiver 2013.

Houria Abdelouahed, PUF, 2012, 234 p. 16,50 €.

Publicités

Laisser un commentaire (Tous les commentaires sont lus par un modérateur avant leur publication. Votre adresse e-mail ne sera pas visible)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s