Wadjda : le premier film tourné en Arabie séoudite

Haifaa Al Mansour et la jeune actrice Waad Mohammed (à gauche) au 69e Festival du Film de Venise (Pascal Le Segretain/Getty Images Europe)
Haifaa Al Mansour et la jeune actrice Waad Mohammed (à gauche)
au dernier Festival de Venise
(Getty Images Europe)

On peut désormais écrire les mots réalisatrice et séoudienne dans la même phrase grâce à Haifaa al Mansour, dont le premier long métrage de fiction intitulé Wadjda sort aujourd’hui sur les écrans français. La réalisatrice y met en scène une petite fille de douze ans, qui rêve de s’acheter un vélo pour faire la course avec son ami Abdallah – une activité normalement réservée aux garçons. Résolue à financer seule cet achat, elle décide de participer au concours de récitation coranique de son école.  Lire la suite

Publicités

109 Révolutions arabes, suite sans fin…

CO 109

n°109 (printemps 2013)

Acheter

S’abonner

En librairies

 

Merci, Monsieur Morsi ! l’éditorial d’Antoine Sfeir, directeur de la rédaction

© Paul Avoine / Cahiers de l’Orient 2013
© Paul Avoine / Cahiers de l’Orient 2013

Le président égyptien  a réussi à faire passer la nouvelle Constitution, après un référendum qui a réuni moins de la moitié des électeurs égyptiens et qui a récolté 64% des suffrages exprimés. Tel sont les faits. Néanmoins, le chef de l’État égyptien ne sera jamais pharaon : il a divisé le pays en deux, mais il a surtout réussi à unifier une opposition éparse autour d’un slogan ; opposition qui, à défaut d’être laïque, était marquée par la volonté de séculariser la Constitution. Il a également fait connaître à l’intérieur Mohammed el Baradeï, prix Nobel de la paix et ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et surtout redonné espoir à ceux qui avaient déclenché la révolution en Égypte, ces jeunes de moins de trente ans qui se sont réapproprié la rue en entamant l’acte II de la révolution.
Lire la suite