Les Clés du Moyen-Orient – 23/01/19

clés moDécryptage de l’actualité au Moyen-Orient

Par Pierre Ramond

Le numéro 132 des Cahiers de l’Orient, intitulé « Iran-Arabie saoudite – les meilleurs ennemis », paru en décembre 2018 et coordonné par Michel Makinsky, revient en sept articles à la fois développés et synthétiques sur la rivalité qui existe aujourd’hui entre les deux puissances régionales, en présentant les points de vue politique des deux parties, en expliquant la complexité de leur situation économique, et en proposant deux analyses originales de la nature du nationalisme iranien et des conséquences néfastes du blocus du Qatar pour l’Arabie saoudite, qui l’avait pourtant orchestré.

Avant d’exposer le contenu de la revue, il nous faut rappeler, comme le fait Marie-José Sfeir dans son avant-propos, que son père, fondateur de la revue des Cahiers de l’Orient, et qui avait initié ce 132ème numéro, Antoine Sfeir, est décédé durant sa rédaction, à l’âge de 70 ans.

Articles de cadrage géopolitique (p. 7-133)

Lire la suite

132 – Iran-Arabie séoudite, les meilleurs ennemis

CDO Couv photoNuméro spécial 240 pages.

Commander – S’abonnerVersion numérique 

En librairies le 12 décembre

Ce numéro, enrichi par les récents développements de l’actualité, est, vous le savez, tristement particulier: initié par le fondateur et directeur de cette revue, Antoine Sfeir, c’est après sa disparition qu’il a été terminé et paraîtra malgré tout, avec un retard que vous comprendrez.

Comment rendre hommage à un tel homme, qui a marqué des générations de chercheurs, d’étudiants, de lecteurs et d’auditeurs par l’étendue de ses connaissances, la clarté de ses observations et la chaleur de ses entretiens ? Lire la suite

124 – Maroc : l’essor en marche

img_2922n° 124 – Automne 2016
Acheter

S’abonner

En librairies

Lire en ligne NOUVEAU !

Au sommaire :

Lire la suite

On en parle ! N° Iran

les-cles-du-moyen-orientCompte rendu de Mathilde Rouxel dans Les Clés du Moyen-Orient le 06/09/2016

Dans ce numéro des Cahiers de l’Orient, la question iranienne fait l’objet de l’analyse de plusieurs spécialistes, autour du thème « Vers un printemps iranien ? ». En effet, l’année 2016 est présentée en introduction par Antoine Sfeir comme une « année charnière » dans l’histoire du pays, puisqu’elle marque la fin de l’embargo suite à l’accord sur le nucléaire de juillet 2015. Lire la suite

121 – L’Irak au défi de Daech

HIVER 2016

121 – L’Irak au défi de Daech

Dossier coordonné par Myriam Benraad

L’histoire contemporaine de l’Irak, caractérisée par de violents changements politiques, permet de voir que Daech, en dépit de son extension sur le territoire syrien, est bien un phénomène irakien : il s’enracine dans les violences conjuguées de la dictature, de la guerre et de l’embargo économique, qui ont miné la société et les institutions étatiques, et dans l’aggravation de cette situation par l’intervention américaine en 2003.

Lire la suite

112 – Liban : « Et maintenant, on va où ? »

CO 112 Couvn°112 (automne 2013)

LIBAN: « ET MAINTENANT, ON VA OÙ? »

coordonné par Margaux Bonnet

Acheter

S’abonner

En librairies

Au sommaire :  Lire la suite

111 Foi & Culture

CO 111 Foi

n°111 (été 2013)

FOI ET CULTURE, coordonné par

Abdennour Bidar

Acheter

S’abonner

En librairies

Au sommaire : Lire la suite

État et perspective des mouvements sociaux dans le Mouvement vert en Iran

CO 111 FoiParu dans le numéro 111 « Foi et Culture » (été 2013)

par Mohammad J. Shafiei et Ali Jafari

Il y a 150 ans, la société iranienne était encore complètement traditionnelle et ignorait les sciences et techniques nouvelles. Un mouvement connu sous le vocable de Mashrouteh s’est constitué à l’époque, sous l’effet du choc causé par les défaites successives de l’Iran dans ses guerres contre la Russie, et des connaissances rapportées par des intellectuels iraniens de retour d’Occident. Ils mettaient en évidence l’écart considérable qui existait entre les sociétés iranienne et occidentale. Le mouvement Mashrouteh a été à l’origine de la révolution constitutionnelle de 1906, et a fait pénétrer l’Iran dans l’époque moderne. Mashrouteh, que l’on pourrait qualifier de premier « macro-mouvement » social, fut le creuset au sein duquel ont émergé la plupart des mouvements sociaux de l’époque en Iran: le mouvement des femmes, les syndicats (en premier lieu desquels le Bazar), le mouvement pour une législation et une justice modernes et les revendications des ethnies.

Lire la suite

Les conflits institutionnels dans la République islamique d’Iran

CO 111 FoiParu dans le numéro 111 « Foi et Culture » (été 2013)

par Louis Racine

Le 14 juin aura lieu la onzième élection présidentielle iranienne. Mahmoud Ahmadinejad, qui termine son deuxième mandat, ne peut constitutionnellement se représenter : c’est donc un nouvel homme qui incarnera désormais l’exécutif de la République islamique. Malgré les apparences, cette échéance n’est pas anodine : elle intervient alors que la République islamique se perçoit engagée dans une lutte à mort contre ses ennemis existentiels (les États-Unis, Israël et plus généralement « l’impérialisme occidental ») que ce soit en Syrie, où le régime ami de Bachar Al Assad est confronté depuis plus de deux ans à une contestation populaire massive ; dans le monde, avec la pression des sanctions internationales sur son programme nucléaire ; ou au sein même de sa propre société avec l’expression, contenue, d’une volonté de vivre et de liberté.

Lire la suite

Nouvelles sanctions américaines contre l’Iran : l’étrange signal de Washington

les echos.fr  ÉCONOMIE & SOCIÉTÉ
Publié le 10/06/2013 par Michel Makinsky

LE CERCLE. Les rencontres qui se sont simultanément tenues le 15 mai dernier à Vienne avec l’Agence Internationale pour l’Énergie atomique (AIEA) et à Istanbul avec la délégation des 5+1 (5 membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies + l’Allemagne) n’ont pas débouché sur un accord, chacun attendant le résultat des présidentielles iraniennes dont le premier tour se tient le 14 juin prochain.

Plusieurs candidats rappellent que d’une part le Guide est le seul décideur en la matière et que par ailleurs les questions pendantes seront traitées par négociations politiques entre Washington et Téhéran.  Lire la suite

A la veille des élections, quels candidats pour l’Iran de demain?

Écouter (49 mn)
Écouter
(curseur à 20′)

France Culture

Culturesmonde

émission de Florian Delorme
Invités du 31 mai 2013 :

Les Clés du Moyen-Orient en parlent

« IRAN : ÉLECTIONS À RISQUES » NUMÉRO SPÉCIAL DE LA REVUE LES CAHIERS DE L’ORIENT, PRINTEMPS 2013, N°110 ARTICLE PUBLIÉ LE 27/05/2013 Par Delphine Froment

En marge des élections présidentielles iraniennes – qui sont prévues pour le 14 juin 2013 –, la revue Les Cahiers de l’Orient (n° 110) y consacre un numéro spécial coordonné par Michel Makinsky : quatre articles sur ces élections « à risques » y sont proposés. « Elections à risques » car, comme Antoine Sfeir le suggère dans son éditorial, les élections de juin 2013 pourraient justement être le prélude à un nouveau bouleversement majeur dans un pays qui a déjà connu deux révolutions ces trente-cinq dernières années (1979 avec l’avènement de la République islamique, 2009 avec la contestation populaire après la réélection forcée du président Mahmoud Ahmadinejad). Lire la suite

Iran : sortir des impasses ?

Les Echos
ÉCONOMIE & SOCIÉTÉ
Publié le 16/04/2013
LE CERCLE DES ÉCHOS – Les négociations sur le dossier nucléaire entre les Iraniens et les représentants des 5+1 (les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité plus l’Allemagne) viennent de se clore à Almaty (capitale du Kazakhstan) sans parvenir à un accord, pas même sur une date ni un lieu de prochaine rencontre. Lire la suite

110 – Iran 2013 : Élections à risques

Scan

Acheter

S’abonner

En librairies

Version numérique

110 (printemps 2013)
coordonné par Michel Makinsky

Au sommaire :

Lire la suite

Un enjeu occulté : le commerce des armes au Moyen-Orient

105 (printemps 2012)

Coordonné par Didier Destremau

Acheter

Le printemps arabe a bien eu lieu : lorsque 70 % de la population ayant moins de 30 ans descend dans la rue et affronte à mains nues avec succès les forces de l’ordre, on peut considérer que toute la population est dans la contestation. Mais comme toute révolution, à commencer par la nôtre en 1789 ou en 1848, celle-ci est menacée de confiscation ; comme toute révolution, elle est également menacée de récupération. Les islamistes en Tunisie et en Égypte ont demandé à leurs partisans il y a un an de ne pas manifester ; devant le succès de ces jeunes, ils ont tenté de rattraper le mouvement. Et ils ont réussi. Ce qui peut sembler paradoxal c’est que la jeunesse partie à l’assaut de la dictature n’a pas récolté à l’aune des résultats des élections le succès attendu. C’est bien pour cela aussi bien en Tunisie qu’en Égypte qu’ils sont redescendus dans la rue pour dénoncer la bipolarité installée sur le terrain entre des formations islamistes bien organisées et une armée (Égypte) ou des partis politiques de la diaspora (Tunisie). Mais au bout d’un an, peut-on dresser un bilan d’une révolution ? N’est-ce pas présomptueux que de vouloir tirer des conclusions aussi tôt alors qu’une révolution s’étend sur plusieurs années ? La transition n’est point aisée mais elle marche en Tunisie et cela laisse augurer aux prochaines élections une redistribution des cartes d’où, on peut l’espérer, les jeunes ne seront pas absents. »  Voir le sommaire

Que reste-t-il des États-Unis au Moyen-Orient ?

no 104 (hiver 2011)

Coordonné par Boris Eisenbaum

 Acheter

« En regardant la carte de Peters publiée dans ce numéro, on ne peut qu’être effrayé par l’éclatement du Proche et Moyen-Orient auquel se réfèrent les auteurs de ce document. Mais on comprend mieux alors la mort des États-nations à laquelle on assiste depuis le fractionnement de l’Irak en un pays fédéral, la partition du terrain devenue une réalité incontournable, les menaces qui pèsent sur la Syrie aujourd’hui. Cette carte explique également les risques d’affrontement entre tribus et régions en Libye ou au Yémen, où sévit depuis plusieurs mois une guerre civile qui ne dit pas son nom.  » (Extrait de l’éditorial d’Antoine Sfeir)  Lire plus