Les Clés du Moyen-Orient – 23/01/19

clés moDécryptage de l’actualité au Moyen-Orient

Par Pierre Ramond

Le numéro 132 des Cahiers de l’Orient, intitulé « Iran-Arabie saoudite – les meilleurs ennemis », paru en décembre 2018 et coordonné par Michel Makinsky, revient en sept articles à la fois développés et synthétiques sur la rivalité qui existe aujourd’hui entre les deux puissances régionales, en présentant les points de vue politique des deux parties, en expliquant la complexité de leur situation économique, et en proposant deux analyses originales de la nature du nationalisme iranien et des conséquences néfastes du blocus du Qatar pour l’Arabie saoudite, qui l’avait pourtant orchestré.

Avant d’exposer le contenu de la revue, il nous faut rappeler, comme le fait Marie-José Sfeir dans son avant-propos, que son père, fondateur de la revue des Cahiers de l’Orient, et qui avait initié ce 132ème numéro, Antoine Sfeir, est décédé durant sa rédaction, à l’âge de 70 ans.

Articles de cadrage géopolitique (p. 7-133)

Lire la suite

Publicités

132 – Iran-Arabie séoudite, les meilleurs ennemis

CDO Couv photoNuméro spécial 240 pages.

Commander – S’abonnerVersion numérique 

En librairies le 12 décembre

Ce numéro, enrichi par les récents développements de l’actualité, est, vous le savez, tristement particulier: initié par le fondateur et directeur de cette revue, Antoine Sfeir, c’est après sa disparition qu’il a été terminé et paraîtra malgré tout, avec un retard que vous comprendrez.

Comment rendre hommage à un tel homme, qui a marqué des générations de chercheurs, d’étudiants, de lecteurs et d’auditeurs par l’étendue de ses connaissances, la clarté de ses observations et la chaleur de ses entretiens ? Lire la suite

111 Foi & Culture

CO 111 Foi

n°111 (été 2013)

FOI ET CULTURE, coordonné par

Abdennour Bidar

Acheter

S’abonner

En librairies

Au sommaire : Lire la suite

109 Révolutions arabes, suite sans fin…

CO 109

n°109 (printemps 2013)

Acheter

S’abonner

En librairies

 

Merci, Monsieur Morsi ! l’éditorial d’Antoine Sfeir, directeur de la rédaction

© Paul Avoine / Cahiers de l’Orient 2013
© Paul Avoine / Cahiers de l’Orient 2013

Le président égyptien  a réussi à faire passer la nouvelle Constitution, après un référendum qui a réuni moins de la moitié des électeurs égyptiens et qui a récolté 64% des suffrages exprimés. Tel sont les faits. Néanmoins, le chef de l’État égyptien ne sera jamais pharaon : il a divisé le pays en deux, mais il a surtout réussi à unifier une opposition éparse autour d’un slogan ; opposition qui, à défaut d’être laïque, était marquée par la volonté de séculariser la Constitution. Il a également fait connaître à l’intérieur Mohammed el Baradeï, prix Nobel de la paix et ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et surtout redonné espoir à ceux qui avaient déclenché la révolution en Égypte, ces jeunes de moins de trente ans qui se sont réapproprié la rue en entamant l’acte II de la révolution.
Lire la suite